Quel Caces pour le chariot élévateur ?

Manipuler un chariot élévateur demande un savoir-faire et des connaissances spécifiques. Servant à transporter des palettes, à charger et décharger un camion ou encore à approvisionner un magasin, manoeuvrer cet appareil de levage peut provoquer de multiples accidents dans un entrepôt. En effet, en France, on dénombre, par an, plus de 9 000 accidents, 500 blessés graves et 10 décès. Les causes sont nombreuses : heurt avec un piéton, collision avec une structure fixe, chute de charge, etc. C'est pour cela qu'il est indispensable au personnel de se former à la conduite avant de louer son chariot élévateur.

Louer un chariot élévateur

Quels sont les documents obligatoires à la conduite d'un chariot élévateur ? Quelle est la durée de validité du Caces cariste ? Une autorisation de conduite est-elle obligatoire ? Découvrez dans ce guide toutes les réponses à vos questions.

Documents obligatoires pour conduire un chariot élévateur

Grâce à son énergie diesel, électrique ou à gaz, le chariot élévateur est polyvalent et peut être aussi bien pratique en intérieur qu'en extérieur pour réaliser des missions de manutention et de levage.

Également appelée chariot Fenwick, cette machine permet d'être efficace et productive en entrepôt, à condition de respecter les différentes réglementations. Parmi celles-ci, l'obligation de porter les équipements de protection individuelle (EPI) et d'être formé à la manipulation de l'appareil. Outre le carnet de bord, la notice d'instructions et le rapport de vérification périodique (VGP), le cariste doit obligatoirement avoir une autorisation de conduite.

En effet, selon l’article R.4323-55 du code du travail, pour conduire un chariot élévateur, il est obligatoire de posséder une autorisation de conduite, délivrée généralement par l'employeur. Ce document est basé sur trois critères précis :

  • Avoir passé une visite médicale pour prouver que le cariste est apte à manoeuvrer l'appareil.
  • Être formé à la conduite du chariot élévateur pour avoir toutes les compétences adéquates.
  • Connaître le lieu, le plan de circulation et les consignes à respecter sur le site de production.

Parallèlement, le cariste doit être âgé d'au moins 18 ans. Quelques exceptions peuvent déroger à cette règle (comme une dérogation spéciale).

Si l'employeur ne délivre pas cette autorisation de conduite, il risque une amende de 1 500€. En cas d'accidents, des peines de prison et de fortes amendes peuvent être appliquées à l'encontre de l'employeur.

Pour la formation à la conduite, deux possibilités existent : l'obtention du CACES dans un organisme certifié par le COFRAC ou une formation en interne. Focus sur ces deux solutions.

Le CACES du chariot élévateur

Qu'est-ce qu'un CACES ?

Mis en place en 1998 par la CNAMTS, le certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (CACES) a été instauré pour réduire le nombre d'accidents lors des travaux. Le CACES est donc une formation professionnelle qui permet d'attester que le salarié possède le savoir-faire et les connaissances à la conduite de l'appareil en toute sécurité.

À lire aussi :
Guide du chariot élévateur

Durant cette formation, qui dure entre 2 et 5 jours, l'apprenti apprendra toutes les règles de sécurité, à réaliser les différents contrôles avant utilisation ou encore à maitriser l'engin. À la fin de l'apprentissage, l'opérateur devra passer un test théorique et un test pratique.

Selon la nature de la machine (engin de chantier, de forage, de levage, etc), il existe plusieurs catégories de CACES. Il est donc primordial de connaître les différents groupes afin de choisir celui approprié à l'engin que vous souhaitez manipuler.

Quel CACES pour le chariot élévateur ?

Depuis le 1er janvier 2020, la CNAM a mis en place de nouvelles règlementations concernant les différentes catégories de CACES. Ainsi, depuis cette date, le CACES correspond au chariot élévateur est le R489 (ex-R389). Ce permis cariste est réparti en 9 sous-catégories (contre 5 auparavant) :

  • 1A : transpalette à conducteur porté
  • 1B : gerbeur à conducteur porté (h >1,20m)
  • 2A : chariot à plateau porteur (< 2t)
  • 2B : chariots tracteurs industriels (< 25 t)
  • 3 : chariot élévateur frontal en porte-à-faux (< 6 t)
  • 4 : chariot élévateur frontal en porte-à-faux (> 6 t)
  • 5 : chariot élévateur à mât rétractable
  • 6 : chariot élévateur à poste de conduite élevable (h > 1,20m)
  • 7 : conduite hors-production des chariots

Chaque sous-catégorie représente un appareil différent. La durée de validité de ce CACES est de 5 ans. L'avantage de posséder ce permis du chariot élévateur est, contrairement à la formation en interne, qu'il suit le travailleur durant l’intégralité de son parcours professionnel, même s’il change d’entreprise ou même d’emploi.

caces

À noter : les CACES passés jusqu’au 31 décembre 2019 restent valables pour les équipements correspondants.

Combien coûte le CACES ?

Pour la formation Caces du chariot élévateur, le prix est relativement élevé. Le tarif du permis cariste dépend de plusieurs éléments comme la durée de formation, le nombre de catégories à obtenir, ou encore de l'organisme. Néanmoins, le tarif varie entre 500 et 800€ TTC.

En cas de besoin, il existe plusieurs solutions de financement. En effet, Pôle Emploi (si vous êtes à la recherche d'un emploi), certaines agences d'intérimaires ou encore votre droit individuel à la formation (DIF) peuvent vous aider à financer ce CACES.

La formation en interne

Une autre alternative existe : la formation en interne. L'employeur devra contrôler les connaissances de l'opérateur avec des évaluations théoriques et pratiques. Cet examen se déroule généralement au lieu de travail. À la fin de cette formation, le salarié aura une autorisation de conduite, valable seulement au sein de l'entreprise. Sa durée de validité est également très courte puisqu'elle est seulement d'un an.

Vous pouvez facilement retrouver différents modèles d'autorisation de conduite pour les chariots élévateurs. Dans ce document, plusieurs éléments doivent y figurer notamment :

  • Le nom et le prénom de l'employeur
  • Le nom de la société
  • Le nom et le prénom du conducteur
  • Le type de catégorie(s) du chariot élévateur
  • Une mention qui précise que le salarié a bien passé une formation et possède toutes les compétences adéquates
  • Une mention qui précise que le conducteur est apte médicalement à la conduite en sécurité
  • La date limite de validité
  • Une date, une signature et un tampon de l'employeur
  • Éventuellement une photo du cariste

En cas de nécessité, sachez que Tracktor propose la location de chariots élévateurs avec opérateur. Cette solution vous permettra d'avoir un travail rapide et de qualité, tout en respectant les différentes règles de sécurité. En effet, tous nos opérateurs possèdent le CACES R489. Pour plus d'informations sur notre service ou sur nos produits, l'équipe Tracktor reste à votre disposition pour toute question.