Guide du chariot élévateur

Vous avez des missions de manutention à réaliser ? Vous souhaitez louer un chariot élévateur et avez besoin de renseignements ? A travers ce guide, découvrez comment choisir la bonne machine pour vos travaux.

Louez votre chariot élévateur pour vos travaux de manutention

La location est un moyen d’utiliser des machines différentes tout au long de votre chantier sans vous soucier de leur rentabilité, de leur entretien et de leur stockage. Tracktor vous accompagne à chaque étape afin de répondre à vos besoins en vous proposant des engins allant de 1,5T à 16T. En fonction des disponibilités de nos partenaires loueurs vous pouvez retrouver des chariots élévateurs de toutes marques : Fenwick, Manitou, Toyota, Still, Jungheinrich…

Louer un chariot élévateur


Les machines peuvent être associées à de nombreux accessoires tels que : des fourches, une potence, des pinces de manutention… Grâce à eux, elles seront davantage polyvalentes.

Quel est le prix de la location d'un chariot élévateur ?

Vous devez compter en moyenne 120€ HT/jour sans opérateur. L’assurance est comprise dans le prix indiqué. Ce tarif peut évoluer en fonction du nombre de jours de location, de la capacité de la machine, des accessoires… Pour vos chantiers se déroulant sur plusieurs mois, Tracktor.fr vous propose la location d'un chariot élévateur longue durée. Cela vous permettra de bénéficier de tarifs dégressifs.

Comment bien choisir votre chariot élévateur ?

Les tâches et les conditions dans lesquelles vous travaillez déterminent le choix du chariot élévateur. Vous devez prendre en compte :

  • Le levage nécessaire : Quelle charge maximale devez-vous soulever ? De quelle largeur est la charge ? A quelle hauteur la charge doit-elle être déplacée ? Quelle est la hauteur maximale de votre chantier ou de votre entrepôt ? Ces informations sont capitales ! En général, l’écart entre les fourches est de 1m. Si votre charge est plus large que prévu, il faudra équiper la machine de rallonges de fourches.
  • L’environnement de travail : Les chariots à gaz et diesel sont en général plus rapides et recommandés pour tous les travaux d’extérieur. Les chariots électriques sont ceux que l’on retrouve le plus en industrie ou dans les entrepôts dans des milieux clos. Leur motorisation non polluante et silencieuse est adaptée aux missions de chargement dans des espaces confinés.

Des pneus qui s’adaptent aux terrains

Trois types de pneus existent pour les chariots élévateurs pour différentes applications et surfaces :

  • Les pneus coussinets sont en caoutchouc solide, donc résistants aux perforations et autres dommages. En général, ces pneus composent la plupart des chariots élévateurs électriques et à fourche. Ils sont souvent utilisés à l’intérieur.
  • Les pneus dits pneumatiques sont comme les pneus des voitures et des camions. Gonflés à l’air comprimé, ils s’adaptent très bien aux terrains accidentés. Ce sont souvent les chariots à gaz, diesel ou à essence qui bénéficient de ce type de pneus.
  • Les pneumatiques pleins sont un mélange entre pneumatiques et pneus à coussin. Ils sont souvent utilisés sur des chantiers avec des terrains accidentés ou de nombreux débris.

Les règles à connaître avant l’utilisation

Les éléments à vérifier et les VGP

Des éléments doivent être vérifiés avant chaque utilisation comme par exemple : la vérification de l’état de la surface de votre parcours ou encore la vérification des pneus et des commandes avant de démarrer. Ces éléments sont à contrôler de manière visuelle afin de vous assurer un usage optimal de la machine.

D’autres vérifications doivent être réalisées tous les 6 mois : les vérifications générales périodiques qui sont obligatoires depuis l’arrêté du 1 mars 2004. Cela permet une vérification plus approfondie de la machine. Les VGP sont sous la responsabilité du chef de l’établissement. Elles doivent être réalisées par des personnes qualifiées (internes ou externes à l’entreprise). Lors de cet entretien deux éléments sont examinés : l’état de conservation et l’essai de fonctionnement.

La fréquence et l’obligation des VGP dépendent du type de chariot.

Catégorie de chariot élévateur

Type d’appareil

VGP

Catégorie 1

Transpalettes électriques et gerbeurs à conducteur porté, préparateurs de commandes

Aucune

Catégorie 2

Chariots tracteur à plateau porteur (capacité < 6 T)

Tous les 6 mois

Catégorie 3

Chariots élévateurs en porte-à-faux (capacité ≤ 6 T)

Tous les 6 mois

Catégorie 4

Chariots élévateurs en porte-à-faux (capacité > 6 T)

Tous les 6 mois

Catégorie 5

Chariots à mât rétractable

Tous les 6 mois

Catégorie 6

Chariots hors production

Tous les 6 mois


Les règles de sécurité

La manipulation de cet engin implique des règles de sécurité à respecter. Voici une liste non-exhaustive des règles de l’appareil :

  • Ne pas dépasser la capacité de poids maximale d’un chariot élévateur ;
  • S’assurer du poids des charges à transporter, pour que les charges soient correctement équilibrées et bien placées sur la palette ;
  • Si besoin, utiliser des cordes pour sécuriser les charges ;
  • Il est interdit de transporter un ou des passagers sur la machine ;
  • Attacher sa ceinture de sécurité, ajuster le siège et les rétroviseurs ;
  • Sur les pentes, il est nécessaire de monter en avant et de les descendre en sens inverse pour empêcher la charge de glisser des fourches.

Le CACES R489

Avant d’utiliser la machine, il est important de veiller à ce que votre personnel soit formé à la conduite de l'appareil. Afin de conduire ce type d'engin vous devez être muni du CACES R489 (réparti en 9 sous-catégories). Cette formation est obligatoire afin d'assurer la sécurité de tous vos employés sur leur lieu de travail.

Le chariot élévateur en bref

Le chariot élévateur est composé de 3 parties principales :

  • La partie motorisée : équipée de 3 ou de 4 roues selon les modèles, le compartiment moteur se situe entre le châssis et le siège.
  • La cabine : composée d’un toit, d’un siège, d’un volant et d’un levier de commande du mât. La cabine n’a pas de portes.
  • Le système de levage : situé à l’avant, les fourches sont actionnées par un système hydraulique, des poulies, une chaîne de levage, le tout tenant sur un mât. Le mât est différent selon le modèle de chariot élévateur, car il existe les mâts droits ou simples, le mât à 2 étages ou à 3 étages, ainsi que le mât rétractable.